Moscou par Jordan

Jamais je n’aurais pensé qu’un jour, je serais présent à Moscou pour participer à un marathon…
Pourtant, ce dimanche 24 Septembre, sous un magnifique ciel bleu et un soleil rayonnant, nous étions sous l’arche de départ pour en découdre.
Petit retour en arrière pour préciser que 16 mois se sont écoulés depuis mon dernier marathon à Barcelone et bien que j’aie participé à pas mal d’autres courses entre temps, j’avais particulièrement hâte d’en refaire un. Ce format de course possède toujours une saveur particulière de par sa longueur en distance (42 kms) et en temps.

Une fois le départ lancé en même temps que les sportifs handisports partis à toute vitesse, nous étions seuls sur les 6 premiers kms sur une route bien large, en parfait état et longeant la Moskova. Le début de course est généralement propice pour apprécier le paysage et là, il y avait de quoi faire!
Le panorama était superbe et on pouvait distinguer au loin 2 énormes et magnifiques bâtiments anciens faisant partie des 7 gratte-ciels staliniens construits dans les années 50: l’hôtel Ukraine et le ministère des affaires étrangères. Et ce fut encore plus impressionnant lorsqu’on a pu les approcher tellement ils sont massifs et hauts (presque 200m)! Et juste quelques kms plus tard, entre le 6ieme et le 8ieme km, de nouveau un étonnement architectural, mais résolument moderne cette fois-ci, puisque nous passons juste à côté des gratte-ciels immenses et très proches les uns des autres. Parmi les 10 plus hauts gratte-ciels situés en Europe, 8 sont situés à cet endroit! (culminant entre 264 et 373 m.)
Retour sur la course proprement parlée, mon équipe du jour était composée de Sandrine, Stéphane et Florian qui se relayaient chaque km pour me pousser. Tout se déroulait parfaitement bien puisque les allures fixées étaient respectées. Tout au long de la course, Stéphane veillait à donner les précieux conseils à Sandrine et Flo qui n’avaient jamais couru une si longue distance. Petit à petit les coureurs les plus rapides nous dépassaient tout en nous encourageant soit par des signes (pouce levé, sourire, claquement de main avec moi) soit par la parole (en russe, en anglais, en français). Je dois dire que c’était la bienvenue car les 18 premiers kms manquaient de spectateurs. Bien souvent, seul 1 soldat de chaque côté de la route était présent tous les 100 mètres ! Et aux carrefours, de gros camions faisaient barrage aux routes qui aboutissaient sur celle empruntée par le marathon. Autant dire que côté sécurité, c’était du haut niveau.
Le moment frissonnant était d’entendre des applaudissements simultanés venant de derrière moi et qui provenaient de groupes de coureurs et de son meneur d’allure.
Heureusement, les prochains kms étaient plus urbains, donc davantage de spectateurs présents.
Entre le 23ème et le 35ème km, le parcours s’est montré plus exigeant puisque il a fallu aborder une montée, une courte descente assez raide et étroite et une descente plus longue. Il y avait aussi 4 petites portions « d’allers-retours » propices à recevoir plus d’encouragements que ce soit de la part des spectateurs, des personnes aux ravitaillements et toujours aussi des coureurs. Malgré les douleurs musculaires qui se faisaient ressentir chez mon trio de coureurs, ils ont continué à maintenir l’allure depuis le départ et nous étions toujours dans les temps pour parvenir à notre objectif qui était de passer sous les 4h ! Les kms restants étaient de nouveau à proximité de la Moskova mais de l’autre côté cette fois-ci. Que du plat certes, mais ça commençait à être dur et il fallait puiser dans les réserves et c’est désormais moi qui insistait au niveau des encouragements.
Encore un dernier virage et nous voyons enfin l’arche d’arrivée! Mais il fallait faire encore 1,5 km pour l’atteindre. Les émotions commencent à ressortir et nous franchissons, tout sourire, la ligne d’arrivée en 3h55!

Un grand bravo encore à mon équipe de choc ainsi qu’aux 8 autres coureurs qui sont venus à bout de ce marathon. Double bravo pour ceux qui ont bouclé leur tout premier marathon.

Dernier mot pour rendre hommage à ma cousine Andréa et mon cousin Florian : dire qu’il y a 3 ans, je vous faisais part de mes premières courses et désormais, vous êtes à mes côtés pour mes courses/projets de fou! Et c’est forcément toujours un grand plaisir de les partager en famille avec vous